Un Nouveau COQ pour les Courcellois !

9
mar

Toujours perché au plus haut, il chante le jour qui se lève et appelle le soleil à éclairer notre quotidien.

Le voici, fier, sur ses ergots, prêt à affronter la journée,  célébrant le passage des ténèbres  à la lumière du jour et invitant chacun et chacune à embrasser la vie avec courage et détermination.

Ce n’est donc pas pour rien que ce noble Gallinacé fut choisi comme emblème de notre région et de notre commune. 

Ne serait-il pas  bon parfois de s’en souvenir un peu plus souvent quand d’aventure, le découragement nous saisit ?

Depuis la nuit des temps, au sommet des clochers, il domine nos maisons, signe visible que nous sommes bien « chez nous » et que nous sommes appelés aussi à vivre ensemble et à partager au mieux ce qui nous donne la vie.

 Il veille aussi sur nos consciences, nous pousse à regarder plus loin que le bout de notre nez, là, vers l’horizon,  jusqu’au retour de la nuit dans l’espoir d’un nouveau jour à naître. 

Il fait bien  partie de notre patrimoine, rassemblant croyants ou non, autour d’un même projet de vie où solidarité et fraternité sont les maîtres-mots s’inscrivant vraiment dans les gènes de notre société et de notre culture.

C’est donc avec grande joie que ce 18 décembre en l’église du Petit Courcelles, un nouveau Coq, baptisé « Lambert » a été béni et  sera installé en début de printemps (Mars-Avril 2017) au sommet de l’église St. Lambert.

Les établissements « DEPLUS » seront chargés de cette mission.

Le noble volatile est offert par Bernard et Rose-Marie De Busscher-Henreaux à l’occasion du 40e  anniversaire de leur mariage en cette même église.

Le parrain est Marcel De Busscher Président d’Honneur de la fabrique d’église et la marraine Francine Van Vooren.

La cérémonie fut orchestrée magistralement par notre Vice-Doyen Claude Musimar et le président actuel de Fabrique d’église Armand Bricq.

Le « baptême » s’est déroulé au Cercle ST. Lambert, par un apéritif et des amuses bouches préparés avec professionnalisme par l’école de l’EPSIS, en présence de nombreux paroissiens et sympathisants.

Quel beau moment il nous fut donné de vivre.

 

Jean-Pierre Dehan